Le Samu Social Sénégal


La mission du Samu Social est de contribuer à améliorer la situation des enfants de la rue à Dakar, dans le respect de la dignité humaine et de manière solidaire avec les personnes les plus vulnérables.

Victimes d’un développement social inégalitaire et d’une croissance urbaine chaotique, de nombreuses personnes se retrouvent sans abri et progressivement deviennent totalement exclues de la société. Ces personnes sont « laissées pour compte » : sans abri, sans soutien d’aucune sorte et sans ressources, elles n’ont pas accès aux structures sanitaires et sociales de droit commun. Cette situation d’abandon et les conditions très dures de la vie dans la rue poussent les personnes sans-abri à se détacher complètement de la société, par manque de confiance vis à vis des institutions et de la société en général. L’objectif global d’amélioration de la situation des enfants de la rue dans la ville de Dakar implique donc de coopérer au développement d’actions spécifiquement adaptées à cette problématique sociale et aux besoins des personnes exclues les plus vulnérables.

Privés de protection et d’affection, sans soutien familial, les enfants de la rue sont exclus des structures sanitaires, sociales et éducatives de droit commun et sont trop faibles ou trop désocialisés pour se rendre d’eux-mêmes vers les structures d’aide existantes. Leur état, tant au niveau physique que psychologique, se détériore donc rapidement, d’autant qu’ils sont confrontés à des conditions de vie très dures. Ils n’ont pas d’autre choix que de développer une stratégie de survie dans la rue en se forgeant de nouveaux repères, par le biais notamment de l’appartenance à un groupe d’enfants et d’une identification à un territoire dans la rue. Ces traits caractéristiques de la population des enfants de la rue permettent de comprendre le comportement de ces enfants, qui préfèrent rester dans la rue où ils ont leurs repères et se sentent en sécurité, plutôt que demander de l’aide.

Créé en 1998 par le Docteur Xavier Emmanuelli, le Samu Social International est un dispositif d’intervention d’urgence qui se porte à la rencontre des personnes les plus désocialisées, qui en sont réduites au stade de la simple survie car elles sont devenues des « victimes », ne pouvant ni ne sachant plus bénéficier des secours de droit commun. Parce que toutes les grandes villes du monde, aussi bien en Occident que dans les pays en voie de développement, génèrent de la décohésion sociale, de la perte de sens, de la souffrance physique, de l’addiction, de la détresse, il a semblé important de proposer des solutions globalisantes, en amont des cadres institutionnels, pour venir en aide aux personnes victimes de ces phénomènes.

Le Samu Social Sénégal est une association de droit sénégalais enregistrée auprès du Ministère de l’Intérieur sous le numéro 002988 du 9 mai 2003 et a obtenu un agrément ONG depuis février 2009.

Des conventions signées avec les principaux ministères l’autorisent à prendre en charge des mineurs en rupture et en danger :

  • avec la Direction de l’Education Surveillée et de la Protection Sociale (Ministère de la Justice) qui lui donne le statut de tuteur judiciaire des enfants hébergés ;
  • avec le Ministère de la Santé et de la Prévention, qui l’autorise à donner des soins médicaux en rue et à avoir un cabinet médical dans son centre d’hébergement ;
  • avec la Direction des Droits et de la Protection de l’Enfance (Ministère de la Petite Enfance et de l’Enfance);
  • avec la Ville de Dakar.

Historique

A la demande du Président de la République du Sénégal, une mission du Samu Social International, menée par son président, le Docteur Xavier Emmanuelli, s’est rendue à Dakar en avril 2002 afin d’évaluer la faisabilité, pour les enfants les plus en danger dans les rues, d’un dispositif d’aide d’urgence pour leur offrir les soins médico-psycho-sociaux les plus appropriés et les mettre à l’abri. Une seconde mission en juin 2002 a permis de valider la volonté politique (Présidence, Ministère de la Santé) et de rencontrer les différents partenaires institutionnels et associatifs (Hôpitaux, Mairie, associations…). En janvier 2003, le Samu Social International a effectué une troisième mission afin d’appuyer la création du Samu Social Sénégal.

Le Samu Social Sénégal est statutairement adhérent à la Charte du Samu Social International et le Samu Social International est membre du Conseil d’administration de l’association sénégalaise. Le Samu Social Sénégal, à l’instar du Samu Social de Paris, des structures locales « samusocial » de Bruxelles, Bamako, Ouagadougou, Alger, Casablanca, Moscou, Bucarest, Lima, Cayenne, Pointe Noire, Luanda, fait partie du réseau organisé par le Samu Social International. A ce titre, le Samu Social Sénégal est signataire d’une convention de partenariat (signée le 2 juin 2004 et renouvelée en décembre 2007, puis en décembre 2010) avec le Samu Social International, réglant le cadre et les modalités de collaboration des deux structures.

Le Samu Social International étant légalement dépositaire du nom « samusocial », il se réserve le droit, en cas de rupture de la convention de partenariat pour motif grave, de suspendre le versement des fonds alloués par le Samu Social International au programme du Samu Social Sénégal et de retirer l’appellation samusocial à l’association locale.

Le Samu Social International

L’urbanisation génère la décohésion sociale : si la ville attire par les possibilités économiques, culturelles… qu’elle offre, elle affecte aussi le cadre des relations communautaires et familiales.

La conséquence pour les plus fragiles se traduit par l’exclusion. Une personne en situation d’exclusion est une victime qui se trouve en dehors du regard des autres, mais également en dehors du regard des institutions, ayant perdu, en vivant à la marge, les codes de la vie en collectivité : perte des liens familiaux, sociétaux, perte du code du temps, de l’espace et du corps, souvent accentuées par l’addiction à des substances toxiques pour laisser place au seul impératif de survie.

Cela n’est pas irréversible. Le Samusocial agit contre ce phénomène.

Xavier Emmanuelli

Président Fondateur du Samusocial

 

Le Samu Social International, association française créée en 1998 par le Docteur Xavier Emmanuelli, soutient les initiatives locales de développement dans le cadre de la lutte contre l’exclusion sociale des personnes sans abri dans les villes. Le Samu Social International est aujourd’hui partenaire de douze structures nationales Samu Social, dont huit spécialisées dans la problématique des enfants de la rue Le Samu Social International a développé un modèle d’action spécifique dans le cadre de la lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain, fondé sur une méthode d’urgence sociale qui consiste à « aller vers » les personnes vivant dans la rue, et, selon leur situation spécifique et leur volonté, à les « accompagner vers » des structures d’accueil, d’hébergement et/ou de soins aptes à répondre à leurs besoins.

La structure Samu Social Sénégal appartient au réseau du Samu Social International et adhère à la charte du Samu Social International. Le Samu Social international soutient par son expertise technique le travail du Samu Social Sénégal ainsi que financièrement. Des missions d’évaluation sont régulièrement organisées par le Samusocial International et une réunion annuelle de coordination de toutes les structures samusocial est l’occasion de partager expériences et réflexions.

Pour en savoir plus sur le Samu Social International : www.samu-social-international.com

Le Conseil d’Administration

Le Conseil d’Administration est composé de 7 membres élus par l’Assemblée Générale pour 2 ans, renouvelables. Ils se réunissent au moins 3 fois par an.

  • Madame Mariétou Diongue Diop, Présidente
  • Madame Djamila Idir Benghazi, Secrétaire
  • Docteur Claude Moreira, Trésorier
  • Madame Marlène Rahmi, Administrateur
  • Madame Geneviève Manga Sagna, Administrateur
  • Docteur Massamba Diop, Administrateur
  • Samusocial International

Les équipes

Certains sont là depuis l’époque pionnière, d’autres ont rejoint l’équipe en cours de route, d’autres encore sont partis vivre de nouvelles aventures professionnelles ; chacun a apporté sa volonté, sa motivation, son savoir faire, son expérience… Bref le Samusocial Sénégal est une structure vivante. Pour mieux mettre des visages sur des noms, voici les équipes actuelles en images.En 2016, le Samu Social Sénégal compte 22 salariés, 1 coordonnatrice de projets expatriée et 1 directrice expatriée, soit 24 personnes au total.

La charte du Samu Social International

Secourir selon la philosophie de la Déclaration universelle des droits de l’homme

en réaffirmant les principes de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Solidarité.

Fédérés au sein du SAMU SOCIAL INTERNATIONAL, les SAMU SOCIAUX sont des dispositifs de sauvetage qui, dans les grandes villes du monde, ont pour objet d’intervenir en urgence auprès des personnes en danger, trop faibles ou trop désocialisées pour exprimer d’elles même leurs besoins, afin de leur offrir Aide – Réconfort – Assistance.

Ils sont le premier maillon d’une chaîne qui va de l’urgence à l’insertion.

Chaque SAMU SOCIAL est connecté à la fois aux institutions de droit commun médico-psycho-sociales, aux associations et organisations qui œuvrent dans ce domaine, ainsi qu’aux instances,  privées ou institutionnelles, qui ont pour mission la lutte contre l’exclusion.

Chaque SAMU SOCIAL par son action, crée aussi du lien et du sens avec les personnes qu’il doit secourir. C’est pourquoi il représente en quelque sorte un asile immatériel – un asile « hors les murs ».

Ne peut se nommer SAMU SOCIAL qu’une structure apolitique et indépendante, d’aide et d’assistance qui se réfère aux principes fondamentaux qui suivent :

La Dignité

Préserver et rendre sa dignité à la personne en détresse physique ou sociale.Ce principe implique pour chaque SAMU SOCIAL de se porter au devant et de recueillir sans discrimination, les personnes en danger qui n’ont plus la force ni les moyens de formuler elles-mêmes une demande d’assistance. Il induit de proposer avec tact, aide et assistance, et au besoin, un abri ou un hébergement social et/ou médical d’urgence.

La Solidarité

Assurer à la personne recueillie le droit à une protection médicale et/ou sociale répondant à ses besoins. La reconnaissance de ce droit implique la mise en œuvre de soins sans conditions d’ouverture de droits, et pour tous, la recherche voire l’obtention de l’ensemble des droits et solutions existants répondant à leur situation.

Elle induit ainsi la recherche de solutions d’hébergement à moyen ou à long terme, l’entrée dans un réseau de solidarités et l’accès aux soins nécessaires, préventifs, curatifs, palliatifs en fonction de l’état de ces personnes et du degré d’urgence que leur état nécessite. Enfin, l’action de chaque SAMU SOCIAL doit ouvrir la possibilité, pour toutes les personnes recueillies, d’établir les contacts nécessaires avec les institutions, les structures sanitaires et sociales.

La Citoyenneté

Assurer à la personne recueillie le droit à l’information, la participation et l’exercice de ses droits et devoirs civiques. Promouvoir l’accès à ce droit implique pour chaque SAMU SOCIAL d’aider les personnes recueillies à obtenir les moyens de retrouver une identité civile ou administrative et à être en mesure de s’informer pour rompre leur isolement. Permettre à toutes personnes recueillies de prendre connaissance de l’intégralité de leurs droits pour les exercer légitimement et pour participer à la vie sociale et aux échanges sur lesquels se fondent les dynamiques d’une existence libre et digne.

La Polyvalence, la Mobilité et le Professionnalisme

Aller à la rencontre des personnes en danger et leur apporter une réponse efficace et adaptée à leurs besoins. L’assistance et les secours prodigués par chaque SAMU SOCIAL doivent porter sur tous les domaines qui   correspondent aux besoins élémentaires des êtres humains. Le dispositif doit être mobile pour aller au devant de ceux qui, exclus depuis trop longtemps, n’ont plus la force de demander de l’aide. Enfin, chaque SAMU SOCIAL, s’engage à n’employer que des professionnels ou des personnes ayant suivi une formation, qu’elles soient bénévoles ou salariées.

Xavier EMMANUELLI

Président-Fondateur du SAMU SOCIAL INTERNATIONAL

Code déontologique

Le Code déontologique professionnel Samusocial a été adopté par le Conseil d’Administration du Samusocial International en date du 7 septembre 2006, et par le Conseil d’Administration du Samusocial Sénégal en date du 7 novembre 2006.

Il a vocation à réglementer les obligations des personnes intervenant avec une structure Samusocial dans le cadre de leurs activités auprès des personnes, mineures ou majeures, bénéficiaires du programme d’action.

Il s’applique :

  • aux adhérents et membres associatifs du Samusocial ;
  • aux employés du Samusocial : salariés, volontaires de solidarité internationale, ainsi que toute personne liée par un contrat de travail ou de prestation de services avec le Samusocial (consultants externes, chargés de mission, notamment) ;
  • aux personnes liées par une convention de stage, ou un engagement de bénévolat, ainsi que toute personne participant aux activités du Samusocial (visiteurs, accompagnants des tournées de rue, notamment).

Article 1

Les principes déontologiques du Samusocial sont les suivants :

  • travailler avec les bénéficiaires dans un esprit de coopération fondé sur le respect de la dignité et la confiance mutuelle ;
  • agir sans aucune discrimination, fondée notamment sur le sexe, la nationalité, l’ethnie, l’origine réelle ou supposée, la culture, la religion, la sexualité, l’âge, le handicap ;
  • sauvegarder, en toute circonstance, l’intérêt supérieur du bénéficiaire ;
  • garantir le droit du bénéficiaire à participer aux prises de décisions le concernant ainsi que les personnes sous sa responsabilité ;
  • respecter le principe de confidentialité des informations médico-psycho-sociales sur le bénéficiaire ainsi que le principe d’anonymat.

Article 2

Sont interdits les comportements et agissements suivants :

  • tout acte de violence physique, verbale ou psychologique (notamment les coups et châtiments corporels, les propos dégradants ou humiliants, l’abus d’autorité ou de pouvoir) ;
  • toute attitude sexuellement ambiguë ou provocatrice ;
  • toute forme de relations sexuelles ;
  • tout acte visant à mettre en contact les bénéficiaires avec des personnes susceptibles de les abuser ou de les exploiter sexuellement et/ou économiquement ;
  • tout acte ayant un lien avec des procédures non légales de placement ou d’adoption d’enfants, notamment pour les structures Samusocial s’adressant aux enfants ;
  • tout acte ayant un lien avec des activités de prosélytisme religieux ou politique ;
  • toute incitation à commettre des actes illégaux ;
  • l’invitation, l’accueil, l’hébergement ou l’emploi, à titre personnel, notamment à domicile ;
  • toute offre personnelle ou acceptation de cadeaux (notamment objets, argent) ;
  • toute prise d’images d’enfants (photos, vidéo, etc…) identifiables et/ou portant atteinte à la dignité du bénéficiaire, et toute prise d’images de bénéficiaires adultes (photos, vidéo, etc…) sans accord express signé de leur part ;
  • toute communication externe (notamment aux media) susceptible d’être dommageable au bénéficiaire sans autorisation préalable de la structure Samusocial concernée

Article 3

Dans le respect du principe de proportionnalité, et sans préjudice de toute action en justice si les circonstances le justifient, tout manquement aux principes du présent Code pourra entraîner une ou plusieurs des sanctions suivantes :

  • déchéance de la qualité de membre associatif,
  • sanctions disciplinaires, et / ou rupture des contrats de travail ou de prestation de services dans le respect des procédures en vigueur,
  • rupture des conventions de stage,
  • dénonciation des engagements de bénévolat.